La maison écologique

La construction doit s’inscrire dans le développement durable, en adaptant les matériaux de construction à la protection de l’environnement et à la santé.

L’habitat doit à la fois permettre d’émettre le moins de polluants possible, tout en réduisant ses besoins en énergie et les pertes qui y sont liées.

  • Une maison économe en énergie:  

Le principal impact sur l’environnement d’une maison est sa consommation d’énergie et les rejets polluants qui découlent de son chauffage.

Chaque habitat devrait être conçu et réalisé dans l’optique de tendre vers une autonomie énergétique.

Les labels permettent de reconnaitre le niveau de performance énergétique du projet (THPE, BBC, passif, positif). Leur efficacité est étroitement liée au respect des principes du bioclimatisme (la maison bioclimatique tient compte du climat et de l’orientation où est implanté la maison afin d’utiliser au maximum l’énergie passive fournie par le soleil).

  • Un impact faible du projet sur l’environnement:

Le recours à des matériaux respectueux de l’environnement. La construction doit faire appel à des matériaux qui requiert moins d’énergie lors de leur production et de leur transport, et issus de matières premières renouvelables.

Les propriétés du bois répondent à ses exigences: il est renouvelable, retient le gaz carbonique, subit peu de transformation et sa mise en place consomme peu d’énergie.

  • Le recours à des matériaux sains, non nocifs et non polluants:

Les matériaux doivent respecter la santé de leurs habitants mais également celle des acteurs de la filière en amont (ceux qui produisent et posent les matériaux).

Les matériaux d’origine naturelle (végétale) se révèlent être préférables.