Avec le bois, on ne construit pas n’importe où

Terrains humides, accidentés, trop pentus, au sol trop meuble ou encore difficiles d’accès, le bois s’adapte à toutes les situations. A tel point qu’il est parfois la seule solution constructive. Ses multiples qualités en font également un matériau très apprécié dans les zones sismiques. Des bâtiments au Japon et en Californie en témoignent depuis des siècles.

Ce matériau a la faculté rare de s’harmoniser à des univers variés. Traditionnelle pour les uns, l’architecture bois devient contemporaine, voire tendance pour les autres. Le bois se conjugue spontanément à d’autres matériaux tels que le verre, l’acier ou encore la pierre. Par sa « nature » noble et sensuelle, le bois est facteur d’harmonie. L’habitat en bois embellit et humanise la ville. A la campagne, il s’intègre naturellement dans tous les paysages. Avec le bois, pas de faute de goût !

Comme toute construction, une maison bois doit respecter les règlements d’urbanisme en vigueur et se conformer au P.O.S. (plan d’occupation des sols) ou au P.L.U. (plan local d’urbanisme). Ces textes donnent des précisions sur l’architecture et l’aspect extérieur (pentes de toiture, type de couverture, couleur des façades…). Si on respecte ces réglementations, les maisons bois peuvent être construites partout.
Les quelques difficultés que l’on peut rencontrer dans l’obtention d’un permis de construire concernent le revêtement extérieur (la maison bois étant souvent assimilée par les élus locaux ou les instructeurs de permis de construire à des chalets de montagne, architecture qui ne correspond pas toujours à celle de la région concernée), doût la nécessité d’un dialogue préalable.